shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

Night of the Creeps





"Des sangsues qui propagent un virus…"


Deux intellectuels tiennent à entrer dans une fraternité qui a très peu de respect à leur égard. Pour leur initiation, ils doivent voler un cadavre dans le laboratoire du campus et l'étendre devant le bâtiment d'une autre fraternité.

Ils s'aventurent donc dans une salle de cryogénisation et libèrent un corps puis alors qu'ils tentent de l'extirper de la salle, il reprend vie. Les coupables se sauvent en courant et laissent le professeur en charge du projet du dégel seul avec le revenant.

Le crâne du sujet éclate et des sangsues s'y en échappent et infiltrent le corps du scientifiques, prenant contrôle de ses membres et de son cerveau. Partant de là, celui-ci infecte une autre victime qui elle fait de même et ainsi se répand le virus. Les deux intellectuels s'en veulent et tente de réparer les pots cassé mais l'un d'eux périt inévitablement. Un peu avant sa mort, il découvre combien le feu est efficace contre eux et en fait part à son ami qui fait appel à un policier dont le passé trempe dans cette histoire.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


Il fait bon vivre lorsqu'on croit avoir tout vu et qu'on tombe au hasard sur un film du genre. Ça reprend le concept du film de zombie et y mélange des éléments intéressants qui n'appartiennent habituellement pas à ce sous-genre (Tueur en série, extra-terrestres, insectes vicieux, scènarios de sororité/fraternité, etc.). Ce film a probablement inspiré Night Life, un autre film de méchants garnements de campus qui tournent en zombies. Cette formule rate rarement.

Le film débute avec un scènes des années 50 où un couple aperçoit un objet plannant non-identifié atterir dans les bois. Ils s'arrêtent en rebord de la route et l'homme va vérifier. Sa copine, seule dans le noir, allume la radio pour apprendre qu'un fou meurtrier s'est évadé d'un asile, qu'il tient une hache à la main et qu'il se dirigeait justement, aux dernières nouvelles, où est garé l'automobile. Cette légende fut entendue des milliers de fois et adaptée à l'écran auparavant mais c'est toujours plaisant à voir. Puis, la femme seule se fait déchiqueter et, par le plus grand hasard, l'homme se fait posséder par des sangsues qui s'échappent de leur capsule spatiale. On est ensuite transporté 30 ans plus tard alors qu'une nouvelle génération d'adolescents se préparent à mourir.

Pour une vingtaine de minutes, on se fait présenter les habituels intellectuels auquel il est très difficile de s'identifier et encore plus difficile de s'attacher. Ils font pitié parce qu'il se disent sans cesse qu'ils s'aiment et personne d'autre n'est de leur avis. Une rareté ici : l'un d'eux est handicapé. Malheureusement pour la minorité, heureusement pour le commun des mortels: il ne fera pas long feu dans le monde des vivants. Les acteurs sont pour la plupart des visages familiers de l'horreur, facteur réconfortant.

Les personnages ont été nommés a partir de directeurs populaires de films d'horreur. C'est une touche intéressante pour les fans et beaucoup d'autres petits détails du genre peuvent être découverts à tout moment. Les sangsues sont animées d'une façon magnifique et je soupçonne The Mummy d'avoir copié l'idée. Le suspense est un autre élément qui fait sa place dans Night of the Creeps. Les scènes de fenêtres et de murs qui éclatent passent à profusion. La scène où le cadavre de l'échappé d'asile reprend vie est très satisfaisante et vous fera sourire.

Il n'y a pas un bassin d'aspects négatifs mais ils sont bien là. D'abord les héros ne sont pas attachants, ne se battent pas vraiment si ce n'est qu'avec des fusils et lance-flammes. Les arts martiaux existent pour une raison et une raison seulement : combattre les zombies. Pratiquement tous les films l'oublient. Au lieu de ça, 95% des zombies se font tirer au crâne puis griller à la torche. C'est trop facile. Il y a aussi la distribution des événements. Le film aurait pu durer 2h30 avec tout ce qui s'y passe et on ne s'en aurait pas lassé.

En Bref




Aspects mémorables
- L'éveil du zombie échappé de l'asile.

- Les yeux du chauffeur d'autobus, juste avant une collision avec un autre véhicule, sortent de leurs orifices.

- Le chat-zombie.

Personnages mémorables
-

Année de parution: 1986

Type de film: Horreur - Envahisseur - Monstres - Technologie


Films de catégories similaires :
Critters
Resident Evil
Shock Waves
Demonic Toys
Demons

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (11141 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2002-02-05 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English