shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

American Werewolf in Paris, An





"Les loups sont toujours plus gros et plus nombreux chez le voisin..."


Andy, Chris et Brad prennent le train pour se rendre à paris pour leurs vacances. Ils planifient grimper la tour eiffel et boire toute la nuit. Mais tout en haut, une surprise les attend : une jeune femme qui s'apprêtait à sauter se fait sauver la vie par Andy. Elle se sauve mais laisse son soulier derrière elle. Andy est déjà en coup de foudre avec elle. Il lui ramène à sa demeure sous prétexte de ne vouloir que lui redonner. Serafine, la jeune fille suicidaire, le repousse lorsqu'il se pointe à sa porte. Elle a les mains en sang. Il craint pour elle.

Puis, ses amis et lui se présentent de nouveau pour la visiter mais c'est un homme qui répond. Il excuse la dame de n'être disponible et leur lance une invitation pour une soirée où "on adore les américains". Lorsqu'ils s'y rendent, ils sont loins de se douter qu'ils se trouvent au milieu d'un culte de loups-garous affamés qui aiment en effet un peu trop les américains.

Lorsque la lune est à son plein, ils l'apprenent et Brad se fait griffer à mort. Andy se sauve mais avec une morsure à la jambe. Il reprend conscience chez Serafine qui lui explique ce qu'il est devenu. Cette blessure a fait de lui un loup-garou également. Non seulement devra-t-il lutter contre lui-même quand la prochaine nuit tombera mais il sera pourchassé par les membres du cultes qui tiennent à l'initier.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


Si John Landis était mort, il se retournerait dans sa tombe à voir tous ces loups-garous tridimensionnels vite faits essayer d'effrayer ses fans. Cette suite ne fait pas justice à l'original. En fait ce serait correct de dire qu'il semble vouloir améliorer les aspects qui avait fait de An American Werewolf in London un classique. Il les caricatures et les pousse à l'extrême et c'est raté.

On retrouve un groupe de gars en voyage qui se font détester en tant qu'Américains et qui se font mordre. Puis, notre héros se retrouve à l'infirmerie et tombe amoureux de celle qui s'occupe de lui. On a les amis morts-vivants qui reviennent et souhaitent la mort du héros. On a l'histoire d'amour, les jolis seins, les cauchemars à l'intérieur d'autres cauchemars à n'en plus finir et une trame sonore très présente.

Les acteurs sont légèrement meilleurs que dans le premier mais ca n'excuse pas le script et les effets spéciaux honteux. L'intérêt qu'il y avait dans l'original, comme dans la pluparts des films traitant de lycanthropie et de vampirisme d'ailleurs, c'est qu'une seule personne était affectée par la maladie. Dans ce film, il doit bien y avoir une trentaine de loups-garous. Les années 90 nous ont harcelés avec ses hordes et clans de vampires/loups-garous à tel point qu'il ne sont plus mystérieux.

Les effets 3D sont la plus grand faiblesse du film. Chaque fois qu'un loup garou se transforme, j'avais plus mal que la fois précédente. Je voulais tourne ma tête et attendre la prochaine scène. An American Werewolf in Paris est quand même un film amusant parce que beaucoup de choses se passent. C'est simplement une très mauvaise suite ou référence au premier.

En Bref



Achetez-moi!


Aspects mémorables
- Un loup garou aux jambes coupées, attaché à une table, essayant d'attaquer Chris du mieux qu'il peut.
- Andy sautant en bungee du haut de la tour eiffel.

Personnages mémorables
-

Année de parution: 1997

Type de film: Horreur - Gothisme - Suspense - Envahisseur - Monstres - Humour

De la même série:
American Werewolf in London, An

Films de catégories similaires :
American Werewolf in London, An
Salem's Lot
Night Flier, The
Fright Night
Return of the Living Dead Part II

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (16195 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2002-02-19 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English