shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

Mulholland Dr.





À Los Angeles, sur le chemin Mulholland, Camilla, une célébrité, est forcée de descendre d'un véhicule par des mafiosos qui la veulent pour morte. À ce moment, des fêtards maladroits provoquent une brutale collision à laquelle seulement elle survit. C'est atteinte d'une commotion qu'elle se faufille dans un appartement luxueux que quittait justement un couple pour quelques jours.

Au même moment, Betty, une ontarienne en quête du rêve hollywoodien, fait justement son arrivée aux États-Unis et pensait se retrouver seule en mettant le pied dans l'appartement de sa tante et de son oncle. Vues les circonstances, elle fait connaissance avec Camilla, l'accueille et l'héberge comme une amie. Réalisant que le choc l'a secouée à en perdre la mémoire, elle lui offre d'enquêter sur l'accident et sur son propre passé. Pour ajouter au mystère, lorsqu'elles tentent de vérifier sa bourse pour une preuve d'identité, tout ce qu'elles trouvent c'est des piles de billets et une clé.

Alors que Betty tente de gérer son temps entre ce mystère, sa carrière et l'amour qui se développe entre Camilla et elle, elle comprend que ses trois priorités sont en fait interreliées d'une façon bizarre, incompréhensible et, de plus en plus, elle se reconnait en Camilla.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


Dès les cinq premières minutes, on est projetés dans trois différentes scènes qui n'ont aucun rapport visible l'une à l'autre. On a des gens qui dansent comme on le faisait dans les années 50, puis on est transportés dans la vision de quelqu'un qui s'affaise sur son oreiller pour enfin être amenés sur le chemin Mulholland d'où débute l'action. Quoique le film se développera éventuellement, il ne deviendra pas plus clair que le sont ces brefs moments.

Le premier 80% du métrage est relativement facile à suivre malgré que le lien entre tous les personnages et évenements ne soit jamais vraiment expliqué. D'une part on a Adam le directeur compulsif et manipulé par la pègre à qui ont dicte comment faire son travail. Puis, il y a Camilla et Betty, deux inconnues qui tombent en amour l'une pour l'autre et qui mènent une enquête qui nous semble réelement progresser.

Adam et son environnement comblent les aspects humour, agressivité, corruption, lucidité. Quant aux deux filles, elles dégagent un sentiment de mysticisme, suscitent la curiosité, donnent de l'importance au moindre détail. C'est principalement d'une voie à l'autre que l'histoire progresse, nous donnant l'illusion qu'on aboutira à une révelation à tout moment. Mais le temps avance et on est amenés à se poser de plus en plus de questions alors qu'il reste au film de moins en moins de temps pour y répondre.

Ma perception globale rejoindra celle de ceux qui ne se suffiront pas à penser qu'il est illogique et illusoire, et ce à certains niveaux mais tous auront une variante de l'idée générale et des indices laissés derrière. Pour ce qu'on en sait, ce film pourrait ne pas même faire de sens dans la lucidité de David Lynch, son créateur.

Tout d'abord, au début, la caméra immite la vision de quelqu'un qui s'étend sur son lit. Plus tard, un cadavre est découvert au même endroit, puis une personne s'y réveille après y avoir dormi dans la même position que celle qui y était décédée, possiblement dans un autre monde, un autre moment. Ce n'est jamais vraiment expliqué mais ça nous amène, après indices et considération, à croire que peut-être ce film n'est qu'un rêve dépourvu de rationnel.

J'aime penser de Camilla qu'elle n'est qu'une représentation de ce que Betty aimerait être, qu'au fond Betty n'est pas dutout l'actrice qu'on nous laisse croire et qu'elle rêve son propre succès en même temps que la dégradation de Camilla. Mais ça ne s'arrête pas là parce qu'ici et là, des personnages vont et viennent sans avoir de contact direct avec elles. Et de temps à autres, un d'eux perd conscience et s'évanoui. Mais qui nous dit qu'il se sont pas en train, en fait, de quitter le monde des rêves pour revenir à la réalité parce qu'un téléphone sonne (et les téléphones dans ce film prennent une importance particulière!) ou que quelqu'un éternue trop fort? Peut-être ce film illustre-t-il un monde astral où tous les rêveurs se rencontrent?

C'est plus à ce niveau de confusion que se retrouve toute l'essence de ce film. Je me serais porté mieux avec quelques réponses à mes questions mais, d'un autre angle, je n'aurais pas passé la semaine à y songer, à me demander s'il y a vraiment une réalité, à essayer d'assembler les pièces du casse-tête. Pour ceux qui préféreraient la réponse la plus près d'un semblant de vérité, je conseille de considérer quatre choses : la clé bleue, la boîte bleue, ce que la clé bleue représente pour le personnage qui nous explique sa raison d'être et le fait qu'une clé est à la serrure de la boite ce que la solution est à un problème. À partir d'ici, à vous de gérer vos croyances et votre spiritualité. Vous arriverez à une certaine interprétation du film mais plein de détails resteront derrière, toujours inexpliqués.

Pour ce qui est de mon opinion personnelle envers Mulholland Dr. en tant que film, qu'histoire, elle demeure neutre. J'adore qu'on me divertisse mais j'adore combler mes attentes également. Ce film créé un besoin qu'il ne nourrit pas et on se retrouve ainsi seul à se creuser la tête, en vain, longtemps après. À vous de définir ce qu'est vraiment un film pour vous. Je ne déteriore pas ce film plus que je le promouvoie dans son ensemble si ce n'est des excellents et excentriques acteurs et rôles, de la qualité des prises du vues, de la subtilité des effets visuels et du travail de caméra en général.

Vers la fin, on assiste à ce qui sera pour certains la meilleure scène du film dans un club de théatre multilingue. On ne sait trop pourquoi mais elle prend à la gorge. À ce point dans le film, on a presque abandonné toute forme de logique mais ce moment de répit (qui contient peut-être plus de matériel important que toute autre moment du film) devient touchant au son d'une interprétation intéressante en espagnol de "Crying" par Roy Orbison. Mais en fait tout semble être au ralenti en comparaison avec tout ce à quoi en vient d'assister.

Il m'a rarement été donné d'assister à une relation homosexuelle aussi fluide à l'écran. C'est surtout qu'il n'y a personne pour juger le couple, que la première relation sexuelle soit approchée avec autant de réalisme et de pureté. Et lancée dans un déroulement comme celui-ci, on a pas ce sentiment d'exploitation de la femme à l'écran.

On passe facilement de la comédie à l'horreur mais, dans son ensemble, l'effet global qu'aura Mulholland Dr. sur vous dépendera peut-être de l'emprise de votre hémisphère cervicale gauche sur celle de droite!

En Bref



Achetez-moi!


Aspects mémorables
- Les frustrations exteriorisées constantes d'Adam.
- Les vieillards miniatures qui se faufilent sous une porte.

Personnages mémorables
-

Année de parution: 2001

Type de film: Horreur - Suspense - Fantaisie - Humour - Drame - Amour - Taboos - Nudité


Films de catégories similaires :
If I Die Before I Wake
Scream For Me
In a Glass Cage
The Witch Who Came from the Sea
I Spit on Your Grave

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (10925 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2002-05-05 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English