shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

Final Stab





La soeur d'Angela lui prépare une vengeance. Elle organise une soirée en son honneur. Tous ses amis sont dans le coup. Le plan : faire croire qu'un tueur élimine les invités un par un.

Mais le sang qui gicle n'est pas qu'un trucage. Ceux qui le constatent meurent avant de pouvoir en témoigner.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


Final Stab a beaucoup d'éléments gagnants mais ne sait pas les utiliser. Chacun de ses atouts est gâché à cause d'un majeur détail.

Tout d'abord, tous les personnages brillent de par leur beauté, leur forme physique, leur coiffure et l'automobile qu'ils conduisent. Le problème, c'est qu'on ne connait pratiquement rien d'eux si ce n'est d'avec qui ils couchent. A l'exception de Charlie, le copain d'Angela, chacun des huit gars se partagent une seule et même personnalité. Parallèlement, on se retrouve avec peu ou aucune sympathie pour ceux qui meurent.

Puis, une chose pour laquelle on félicite ou dénigre son directeur David DeCoteau dans la plupart de ses productions, c'est cette tendance à mettre continuellement en vedette et parfois partiellement nus les hommes, rôle qui était historiquement assumé par la femme. Il était temps qu'on y songe et quelqu'un fit enfin les premiers pas. Malheureusement, David DeCoteau ressent ce besoin d'intégrer de l'homosexualité là où le public devrait d'abord se familiariser à une inversion de rôle. Les seuls sujets de discussion que ces personnages prennent au sérieux sont le traumatisme de Charlie et l'homosexualité. Ils réussissent même à se moquer de la mort. Il y a un endroit, un moment, un cheminement, un dosage et un talent requis pour chaque chose et ce directeur n'excelle en aucun de ces critères.

Enfin, il y a le tueur. Il ne représente rien de nouveau. Il porte du noir et un masque blanc, tue majoritairement ses victimes au couteau et demeure muet. Il aurait été innovateur, puisque la soeur d'Angela avait engagé un acteur pour la farce et que tous deux portaient le même costume, de voir deux meurtriers rôder : l'authentique et l'amateur. C'est d'ailleurs ce qu'on nous laisse croire au début.

Cut avait tenté le tout mais à sa perte malheureusement. Sous bonne supervision, tout est possible. Il sera dévoilé à la toute fin, de façon comparable à ce que Scream avait en réserve mais sans style ni tactique. On se fait balancer la longue explication habituelle du motif, raison principale pourquoi l'assaillant ne réussit jamais dans ces films. A vous de deviner si on fait changement ici. Le coupable nous donne même deux ou trois motifs sous forme de demi-farce au cas où ce qui semble être le véritable ne faisait pas d'allure... et c'était bien visé.

Heureusement, l'image est douce, professionnelle, l'ambience sombre ne nuit jamais au film grâce à son subtile éclairage nuancé. Les coupures sont aux bons endroits et nous laissent ressentir une certaine violence même lorsque pas une goutte de sang n'est visible. Le côté visuel est sans aucun doute ce qui rehausse ce film qui, comme ses personnages, se prend pour quelque chose qu'il n'est pas.

En Bref




Aspects mémorables
-

Personnages mémorables
- Kristin (Erinn Carter)
- Le meurtrier

Année de parution: 2001

Type de film: Horreur - Slasher - Suspense - Taboos


Films de catégories similaires :
Cold Blonded Murders
Shivers
Videodrome
I'll Kill You, I'll Bury You, and I'll Spit on your Grave, Too!
Jaqueline Hyde

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (8553 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2002-07-01 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English