shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

My Skin





Une femme est assassinée par son mari le douze septembre 2001. Elle aurait dû succomber de mort naturelle 64 ans plus tard. La Mort n’apprécie pas cette brèche dans sa planification. Son livre noir sacré ment très rarement, et, lorsque ça se produit, c’est que le coupable doit payer.

La Mort incrimine George, le meurtrier, en falsifiant son écriture et sa signature, transformant la lettre d’amour qu’il avait rédigé à l’intention de sa femme, pour se disculper, en une lettre de menaces. Puis, il laisse des empruntes digitales correspondant à celles de George sur un revolver qu’il charge.

C’est par l’entremise du téléphone qu’il met George au courant de chacun ses truquages, et qu’il lui promet un avenir infernal.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


My Skin débute avec des gros plans des chevilles et poignets ligotés et ecchymosés d’une femme dont la tête est couverte d’une pellicule de plastique. Elle est morte, vraisemblablement par asphyxie. C’est la scène la plus graphique et elle sert du même coup à véhiculer ce autour de quoi tourne l’histoire : un meurtre vicieux.

On nous montre ensuite un homme chauve, vêtu de noir, et visiblement de mauvaise humeur. Il gesticule de manière parfois méticuleuse, parfois animale. C’est dans sa façon de manipuler les choses, de parler et en nous montrant de quels pouvoirs ils fait usage qu’on comprend qu’il est une représentation humaine de La Mort.

Le film n’est réellement constitué que de deux acteurs. Tony Simmons interprète La Mort employant un style qui ne nous est pas familier. Il est très habile à ce jeu et laisse son intonation faire le travail. La voix de George (Cole Adam Buisson) n’est toujours qu’une voix mais elle est sincère.

Les zones intéressantes qu’explore My Skin sont d’abord le destin, puis la possibilité versus les conséquences de le déjouer. Ce qui tout à fait réalisable en un court métrage indépendant (celui-ci s’étend sur 13 minutes), c’est cette ambiguïté entre le mal et le bien. Dans une société qui dissocie les deux, il est intéressant d’observer La Mort à la fois se venger et venger la mort d’une personne qu’elle aurait elle-même causée de toute façon, quand bon lui aurait semblé.

Le film est tourné de façon impeccable vu son budget. Il démontre le talent et l’individualité de Christopher Alan Broadstone. Son équipe semble efficace. Confrontons la réalité ; ce film est avant tout axé sur le dialogue. Les personnages et lieux sont minimisés au maximum. C’est pourquoi le public devra se faire une opinion basée sur ses principes. My Skin n’aurait pas pu se permettre une plus longue durée mais aurait pu se munir d’une explication supplémentaire, parce que ceux qui n’ont pas tout compris garderont en bouche un arrière-goût déplaisant. Il faut se rendre à l’évidence ; les histoires mettant en vedette La Faucheuse elle-même, tout habillée de noir, ne datent pas d’hier. Ici, on lui donne un étroit mais artistique lien avec le corbeau.

Si quelques éléments de My Skin tirent sur le cliché, c’est dans la technique utilisée pour les illustrer et dans l’effort général qu’il se démarque du court métrage habituel. J’aimerais en voir une adaptation plus longue, mais avec un budget décent. Christopher Alan Broadstone mérite toute l’attention qu’il peut avoir.

En Bref



Achetez-moi!


Aspects mémorables
-

Personnages mémorables
- La Mort (Tony Simmons)

Année de parution: 2002

Type de film: Horreur - Gothisme - Suspense


Films de catégories similaires :
Dracula 2000
Devil in the Flesh 2
Joy Ride
Devil's Prey
Paranoia

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (9606 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2004-03-23 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English