shade.ca
Games
Art
Coding
Beauty Contest
Reviews
Spoofs
Corporate site
Webcams
Links




Tell Me the Truth

Hacky the raccoon
Shade.ca Web Design

3D Molecule representation (C++)

SouthPark Slot Machine

Random Review
Random Review



Join our mailing list!   Tell a friend about this site!

Seed of Chucky





Shitface, une poupée vivante esclave d’un charlatan marionnettiste, se sauve un jour de sa cage pour rejoindre ceux qu’elle croit être ses parents : des marionnettes conçues pour le tournage d’un film d’horreur basé sur un cas vécu.

Elle voyage et se retrouve sous peu à Hollywood où elle redonne vie à Chucky et Tiffany. Chucky veut baptiser son rejeton Glen, Tiffany préfère Glenda. En vérité, Glen/Glenda est asexué(e) et se recherche. De plus, son père voudrait faire de lui(elle) un(e) tueur(euse) et sa mère, elle, remet maintenant en question les habitudes meurtrières du couple et leur influence sur leur enfant.

Tiffany aimerait se réincarner en celle qui lui prête sa voix dans le film en tournage, Jennifer Tilly. Chucky, lui, se contentera de ce qui lui tombe sous la main.

Critique
Acteurs


Déroulement


Qualité


Originalité


L’art des marionnettes m’a toujours fasciné. À plusieurs reprises pendant mon enfance, ces créatures animées m’ont terrorisé à en avoir du mal à supporter le noir. Le « Chucky » de Child's Play, l’original, n’a jamais connu d’égal. Il était un meurtrier malin, patient mais sans scrupule, et prisonnier d’un corps de poupée par dessus tout.

Seize ans plus tard, Child's Play en est à son quatrième successeur. Cette franchise ne s’était pas trop détériorée jusqu’à maintenant. D’accord, Chucky ne faisait certainement plus aussi peur qu’à ses lugubres débuts, mais il demeurait quand même un des plus célèbres paradoxes de l’horreur. J’ai le regret de vous annoncer que Don Mancini, auteur de la série entière et directeur de cette dernière addition fait aujourd’hui une fausse couche. Seed of Chucky est en grosse partie une honte pour les fans et probablement pour Mr. Mancini lui-même.

Dès les premières minutes du film, on fait un bref retour aux sources avec une séquence d’espionnage du point de vue d’une poupée dont on nous cache l’identité. Un enfant et ses parents sont impliqués. C’est en fait une des meilleures scènes du film mais il y a un hic, une mauvaise surprise, que je ne mentionnerai pas. D’ailleurs, une autre scène, la plus atmosphérique celle-là, nous joue un tour semblable et tout aussi frustrant. Elle prend place à l’approche de Noël, dans un cimetière enneigé que visite le Père Noël, sac de jouets à l’épaule. J’ai rarement anticipé l’évolution d’une situation comme c’était le cas ici, mais on m’a une fois de plus rapidement ramené sur terre (pas avant de m’avoir offert un pseudo massacre, heureusement).

Seed of Chucky est très violent, le plus violent de la série à date. Le sang pisse à droite et à gauche et les décès sont horribles. On n’a pas lésiné sur cet aspect. Nous ne sommes jamais vraiment certains de qui mordra la poussière le prochain et dans quel ordre les personnages succomberont. Après tout, Seed of Chucky a une famille complète de meurtriers à sa disposition.

L’identité sexuelle de Shitface donne lieux à de nombreuses situations amusantes. Dommage que le nouveau personnage soit une telle déception. On lui a donné une double personnalité et ses deux identités sont conflictuelles, mais on n’y croit pas. La poupée ne semble pas être de la même génération que Chucky et Tiffany et elle est tout simplement laide. J’étais terriblement déçu de ce manque d’uniformité.

Heureusement, Brad Dourif incarne toujours Chucky et il est infaillible. Il nous démontre ici qu’il peut jouer un Chucky parfois agressif comme on le connaît, d’autre fois paternel. Jennifer Tilly nous revient dans le rôle de la poupée Tiffany, mais également dans son propre rôle (du moins elle se personnifie de la manière qu’on se l’imagine). Elle est excellente et m’a amusé. Mais, ironiquement, je l’ai préféré en Tiffany « humaine » dans Bride of Chucky. D’ailleurs, pourquoi ne pas nous donner le personnage « acteur Dourif » du même coup? Redman, qui joue un rôle trop important pour ce qu’il a à offrir, aurait dû laisser sa place à ce dernier et le film aurait déjà fait plus de sens vu le contexte.

Les effets spéciaux sont sans failles et les méchantes poupées ont l’air de vraies. Elles sont parfaitement synchronisées. L’histoire ne tient pas debout et est bourrée d’erreurs de continuité par rapport aux films précédents et par rapport à elle-même. Chérissez les moments de violence et de suspense qu’a à vous offrir Seed of Chucky, parce que son humour est déplacé et grossier. Si vous vous êtes déjà demandés à quoi ressembleraient les parties génitales, les seins et le sperme de poupées possédées, Seed of Chucky a autant de réponses pour vous.

En Bref




Aspects mémorables
- Un homme brûlé vif par de l’acide.
- Un homme étrippé
- Une femme brûlée vive
- Une décapitation

Personnages mémorables
- Chucky (Brad Dourif)
- Tiffany (Jennifer Tilly)
- Shitface/Glen/Glenda (Billy Boyd)

Année de parution: 2004

Type de film: Horreur - Slasher - Violence - Monstres - Comédie - Humour - Taboos

De la même série:
Child's play
Child's Play 2
Child's Play 3
Bride of Chucky

Films de catégories similaires :
Cheerleader Autopsy
Hollywood Chainsaw Hookers
Dead Meat
Dead Alive
Bad Taste

Évaluation
Mon évaluation
Les utilisateurs (8563 votes)

(Cliquez sur une boule pour voter)



Steve  
( 2004-11-16 )  




Lisez cet article en anglais




Back



Français - English